Fiche sur Frère Laurent

 

Le personnage de Frère Laurent

 

Il est à la fois le père dans le sens religieux, puisqu’il s’agit d’un prêtre, et dans le sens familial : il est le « père spirituel » de Roméo.

Il semble coupé du monde extérieur, puisqu’il est présenté dans sa cellule, un lieu clos qui n’est pas atteint par la vie de la cité. Pourtant, il est présenté dans l’Acte II, scène 3, portant un panier. La pièce ne met en scène que très peu d’objets et la présence de ce panier est donc importante. Il est un lien vers l’extérieur. Le panier d’osier contient aussi les plantes

Frère Laurent est présenté comme un médecin, qui affirme l’importance du dosage. Il prête une grande attention à la réversibilité du monde. Tout est en constante transformation (cf description du monde au début de sa tirade). Il compare la plante et l’Homme : part de bien et de mal dans les deux, une cohabitation des extrêmes, un équilibre fragile

La tirade de Frère Laurent évoque un monde divin, mythologique.

Absence totale de préoccupations religieuses, pieuses : il s’agit bien plutôt d’un hymne à la nature, à la science des herbes. Méditation médicale, philosophique, qui énonce une loi : celle de l’équilibre fragile des contraires, de la réversibilité des qualités positives et négatives.

Frère Laurent n’est pas contaminé par les préoccupations de la cité, politiques et sociales.

C’est un homme de la Renaissance, d’une certaine maturité. Un humaniste savant, différent de l’image traditionnelle du moine.

Mais il a aussi pour principale fonction de calmer, de réguler les excès de Roméo. Il est le conseiller, toujours dans une relation paternelle. Et il use de son autorité sur Roméo avec une ironie tragique : « Qui court trop vite trébuche »

Il pense que l’amour peut transformer la haine qui vit dans la cité :

« For this alliance may so happy prove

To turn your household’s rancour to pure love »

(-> substitut du Prince?)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site