L'Europe en 1945

 

L’Europe en 1945 - corrigé dissertation

 

De l’Atlantique à l’Oural, de la mer du Nord à la Méditerranée, l’Europe aura été six années durant le principal champs de bataille et de domination de l’Allemagne nazie, principale puissance de l’Axe. Lorsque s’ouvre l’année 1945, les forces de la Grande Alliance unies contre le fascisme sont proches de la victoire. Elles préparent la sortie du conflit et les grandes orientations pour construire la paix dès Yalta en février mais l’Allemagne ne capitule que le 8 mai 1945. Les difficultés à sortir de la guerre montrent l’ampleur du désastre dont les Européens – à l’exception peut-être des pays neutres – sont les acteurs et les victimes. Affaiblie, l’Europe est à reconstruire. La fin des combats ne supprime pas toutes les tensions ; malgré l’explosion de joie immédiate, la reconstruction politique s’avère compliquée, la reconstruction économique dépend largement d’une aide extérieure, l’ampleur de la tâche paraît immense et le poids de l’Europe sur la scène internationale amoindrie.

Dans quelle mesure l’année 1945 annonce-t-elle pour l’Europe l’entrée dans un second XXe siècle où, elle-même enjeu de rivalités nouvelles, doit accepter de passer au second plan des relations internationales ?

Annonce de plan

 

1 – La libération et le désarroi d’une Europe largement responsable de la catastrophe (janvier – 8 mai 1945)

            A – La victoire promise et les décisions prises par la Grande Alliance à Yalta

            B – La lenteur de la libération des Etats et la révélation des camps

            C – Un bilan humain, moral et matériel désastreux

2 – La reconstruction de l’Europe à engager (juin-décembre 1945)

            A – Les changements territoriaux et les appétits soviétiques tôt dénoncés par Chruchill

            B – Les dispositions et les divergences à l’égard de l’Allemagne et de l’Autriche

C – L’apparente victoire de la démocratie sur le fascisme et les difficultés du quotidien ou les menaces de guerre civile

3 – L’affaiblissement relatif de l’Europe dans la conduite des affaires internationales (1945)

            A – Le jugement des responsables : l’organisation et la conduite du procès de Nuremberg

            B – Le maintien d’une relative influence sur la scène internationale : l’exemple de l’ONU

C – Les principales puissances coloniales contestées et l’ancienne domination européenne à travers elles ?

 

Autre plan possible :

 

1 – Transformations territoriales et politiques

            A – Les concessions promises à l’URSS dès Yalta

            B – Le retour aux souverainetés nationales et les déplacements de population

            C – L’occupation de l’Allemagne et de l’Autriche pour assurer une transition à construire

2 – Une Europe très affaiblie qui doit compter sur une aide extérieure

            A – Les pertes humaines et le désarroi moral

            B – Les économies européennes éprouvées par une guerre totale

            C – Des désordres à surmonter et une reconstruction à « planifier »

3 – Une Europe sous tension qui pèse moins sur la scène internationale ?

            A – Les tensions nées de la réorganisation politique, les guerres civiles dans les Balkans

            B – Un recul relatif de l’Europe dans la reconstruction du système international

C – Des puissances coloniales contestées qui sauvegardent l’essentiel à cause de l’opposition naissante entre les EU et l’URSS

 

 

Conclusion

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site